Couverture de l'article Saccage ce Carnet : Créer c'est détruire

Saccage ce Carnet : Créer, c’est détruire

Maintenant que vous connaissez un peu mieux Keri Smith grâce au précédent article, il est temps de vous présenter un de ses best-sellers qui me surprend par sa créativité. C’est mon troisième challenge : Saccage ce Carnet !

Un livre ou un carnet ?

Quand on l’a entre les mains, le Saccage ce Carnet a tout l’air d’un livre. Mais quand on l’ouvre, on réalise très vite qu’il ne se lit pas vraiment. Et que ce n’est pas un carnet non plus parce qu’on n’est pas complètement libre d’y écrire ce qu’on veut. D’ailleurs, il ne se remplit pas uniquement en écrivant dedans…

Non, le Saccage ce Carnet n’est rien de tout ça et il suffit de revenir au titre pour le résumer : il convient de saccager, détruire, négliger ce journal ! Et pour cela, Keri Smith ne lésine pas sur les moyens de le faire.

Un principe simple…

Le journal s’ouvre par un mode d’emploi très succinct et un avertissement pour ceux qui oseraient s’y aventurer : « Attention ! Tu pourrais voir de la destruction créatrice en toute chose ». Tenté de le refermer ? Pas avant d’avoir essayé, car on se prend très vite au jeu.

Extrait tiré de Saccage ce Carnet (édition 2012)

Le principe est simple. En parcourant les pages, on découvre de nouvelles consignes que l’on doit respecter, mais, comme le précise le mode d’emploi : ces dernières sont libre d’interprétation. Gribouillez sauvagement, déchirez, froissez, arrachez, écrivez sur la tranche, laissez un ami vandaliser une page… Les possibilités sont presque infinies. A tel point qu’on en vient à se demander comment le carnet peut survivre à toutes ces péripéties.

Saccage ce Carnet avant/après. Source

… à ne pas suivre à la lettre

Quand vous avez tendance, comme moi et comme Le Blog D’une Rouquine, à prendre soin de vos livres, c’est au départ très compliqué de se prêter au jeu et de vraiment détruire le carnet. On y va toujours avec un peu de résistance en essayant plus ou moins de le laisser intact. Mais plus les pages défilent et plus il devient difficile d’ignorer les consignes qui sont de plus en plus radicales : emporte ce livre avec toi sous la douche, fais dévaler à ce carnet une grande colline, garde le carnet avec toi pour dormir, attache une ficelle au dos et balance-le violemment et laisse-le cogner les murs… Petit à petit, on arrive à se détacher de l’idée qu’on ne reverra pas notre carnet dans le même état qu’on l’a acheté et qu’il va falloir commencer à bousculer ses habitudes pour le saccager. Et c’est à partir de ce moment que cela devient intéressant.

En détruisant ce carnet à votre manière, vous le rendez unique. Il n’y a pas une seule méthode pour le faire et je suis prête à parier que le journal en dira beaucoup sur vous même une fois défiguré.

Que faire une fois terminé ?

Quand vous êtes venus à bout de toutes les pages et que votre carnet ne ressemble plus à rien, Keri Smith vous propose une ultime mission. En quatrième de couverture, elle vous laisse la possibilité de rentrer vos coordonnées afin de sceller le carnet et de vous l’envoyer à vous-même.

Saccage ce Carnet Quatrième de couverture
Quatrième de couverture du Saccage ce Carnet

Il ne vous reste plus qu’à espérer de ne jamais le recevoir

Créer c’est détruire ? Chiche !

Je vous propose de vous procurer un exemplaire de Saccage ce carnet… ce n’est pas exclusivement réservé aux ados ! Vous pouvez l’acheter via la journalerie – à 15,95€ au moment où j’écris.
Amusez-vous à le détruire, faites appel à toute votre créativité, réveillez votre grain de folie. Vous aurez le plaisir d’avoir commencé et terminé un journal complet ! Vous découvrez une nouvelle manière de tenir un journal sans – quasiment – aucune page blanche à affronter. Si vous êtes stressé, il vous détendra.
Pensez à partager dans les commentaires un retour de votre expérience.
Et j’ai une deuxième proposition si vous ne voulez pas détruire Saccage ce carnet ou à utiliser en complément, pour prolonger l’effet. J’ai retrouvé dans Saccage ce carnet, une vingtaine de techniques de ma boite à outils de journaling, glanées de ce de là au fil du temps. Ce ne sont pas les propositions les plus destructrices de Keri, prises individuellement elles sont même très raisonnables. Je vous en envoie quelques unes dans une série de mails. Là aussi, je vous suis très reconnaissante de partager un retour de votre expérience.
En résumé un double challenge ce mois-ci, chouette !

Laisser un commentaire

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.