Bullet Journal par Ryder Carroll : Conseils de voyage

Bullet Journal : Conseils de voyage

D’une certaine façon, on peut dire que le voyage a été mon meilleur professeur. Pas seulement à propos du monde qui m’entoure, mais aussi à propos de moi. Le voyage a une manière de régulièrement nous éjecter en dehors de notre zone de confort, en nous testant avec l’incertitude, l’aventure, l’inconfort, la beauté, la connexion et la solitude. Toutes ces leçons ont le potentiel de nous ouvrir l’esprit comme aucune classe d’école ne peut le faire, mais seulement si on leur en laisse la possibilité.

Comme toute expérience, on obtient du voyage ce qu’on y met, ou ce qu’on y laisse entrer. C’est facile de laisser d’incroyables moments faire irruption comme ces voitures sur l’autoroute en face de votre fenêtre d’hôtel. On n’y reste pas longtemps, peu importe où on est, tout comme sera éphémère le moment qui nous offre cette nouvelle vision. C’est le challenge contre lequel je me suis battu pendant les 8 derniers mois, alors en pleine tournée de mon livre The Bullet Journal Method.

D’un côté, j’ai eu l’opportunité de découvrir ces endroits incroyables, de rencontrer des milliers de Bullet Journalists venus du monde entier. Mais de l’autre, je repense à tout ce temps passé dans les taxis, les avions, les chambres d’hôtel, ce temps passé à me préparer pour le prochain événement. Depuis le début, c’était important pour moi que ce voyage ne soit pas centré sur la parole, mais aussi sur l’écoute. Cela m’a forcé à penser à des moyens d’utiliser mon Bullet Journal pour profiter pleinement de cette opportunité qui ne se produit qu’une fois dans une vie. Permettez-moi de partager certaines remarques qui pourraient vous aider à obtenir davantage de vos propres aventures à venir.

Souvenirs

Commençons avec quelque chose de drôle. J’ai toujours aimé les valises décorées de couches d’autocollants ramenés de tous les endroits où elles sont allées. On en voit moins de nos jours, sûrement à cause de ces nouveaux matériaux auxquels les autocollants adhèrent moins. Lors de mon dernier voyage, cela m’a frappé : pourquoi ne pas transformer mon carnet de note en l’une de ces valises ?

Dans la plupart des endroits que vous visitez, vous pouvez trouver des autocollants avec le nom du lieu, surtout dans les aéroports. C’est donc ce que j’ai commencé à faire. Partout où j’allais, je collais un autocollant sur la couverture de mon Bullet Journal. C’est un moyen très simple d’ajouter de la richesse et de la texture, qui insuffle à votre carnet un caractère unique.

Si on met de côté l’esthétique, il y a aussi une question de praticité. Non seulement les autocollants sont des souvenirs légers et abordables, mais ils vous permettent aussi d’identifier en un coup d’œil le carnet recherché sur l’étagère. Beau et pratique !

Routine

Quand vous êtes sur la route, cela devient très dur de maintenir une quelconque routine. Pourtant, pour la plupart d’entre nous, la routine nous aide à préserver notre santé mentale. Alors plutôt que d’imposer ma pile de routines dans une réalité constamment en changement, j’ai choisi celle qui m’aidait le plus : mes réflexions quotidiennes. Peu importe où je suis, il y a un bureau. Si je ne suis pas dans ma chambre, je peux trouver un coin dans un café pas loin. Cette petite routine remplissait deux objectifs. Souvent quand on est sur la route, notamment pour le travail, c’est beaucoup de “vite, vite vite!” Dans ce cas, on sature rapidement. La réflexion m’aide à ralentir et me donne la possibilité de simplement traiter ce que je suis en train de vivre.

Avez-vous déjà été en vacances et, même en ne faisant rien, avez terminé la journée en vous sentant épuisé ? C’est en partie dû à la quantité écrasante de stimulus et d’informations que nos cerveaux doivent digérer. Même en étant allongé au bord de la piscine, notre cerveau travaille à pleine puissance.

Ironie du sort, nos cerveaux se battent contre ce qui nous a motivé à aller en vacances. Quand on est à la maison, entouré de familiarité, il est facile de se distraire et de passer en mode autopilote. Mais, entouré par l’inconnu, notre cerveau éteint le mode autopilote et beaucoup de choses peuvent apparaître soudainement.

Peu importe la raison, la réflexion nous accorde un moment pour souffler avec notre BuJo et désencombrer nos pensées. Que ce soit 5 ou 10 minutes par jour, la première chose de la journée ou la dernière avant de se coucher, j’écris simplement ce qui se passe là-haut. Cette routine simple m’aide à me débarrasser du bruit et à marquer mes pensées et expériences pour ne pas les oublier. Mon moi actuel est moins stressé, et mon futur moi sera reconnaissant de revivre ces moments dans quelques années.

Changement d’état d’esprit

On peut considérer notre carnet comme une valise. Mais plutôt que d’y emballer des affaires, on y met des pensées. Idées, observations, sentiments, expériences… Toutes ces choses ont sans conteste beaucoup plus de valeur que n’importe quelle babiole, ce qui ne nous empêche pas de les laisser s’échapper. Quand on n’écrit pas, on est susceptible d’oublier. J’ai remarqué que c’était souvent le cas, mais je me suis forcé à utiliser mon Bullet Journal de la même façon quel que soit l’endroit où je me trouvais.

Moi aussi je suis coupable de me laisser aller à la routine, je préfère ce que je connais bien. J’utilise mon Bullet Journal depuis longtemps mais je suis toujours en apprentissage. La plupart de ces leçons découlent d’une certaine résistance à changer ma pratique.

De nouvelles circonstances nécessitent de nouvelles approches. Quand on voyage, on a de moins en moins de contrôle sur notre situation. Le café est fermé, les bagages se perdent, vous vous perdez. Cela met en relief l’adage stoïcien qui dit que la seule chose qu’on contrôle, ce ne sont pas les événements de notre vie ou les choses extérieures mais les jugements qu’on porte sur ceux-ci. En ce qui concerne ma pratiques, cela signifie : changer d’état d’esprit.

À la maison, mon BuJo favorise un état d’esprit proactif. Je me concentre sur les choses que j’ai à faire. Sur la route, j’ai trouvé utile de passer dans un état d’esprit plus passif. Je me concentre sur les choses que j’ai accomplies. Il s’agit de faire pencher la balance de la responsabilité vers l’expérience. Cela change la façon que j’ai d’interagir avec le monde, en passant de “Je suis ici pour faire” à “Je suis ici pour être.”

Concrètement, cela se traduit dans ma pratique en opérant deux petits changements. Premièrement, je me donne beaucoup moins de tâches. Cela me force à me laisser aller. Pour le peu de tâches restantes, je me dis “peut-être que ce sera fait, peut-être pas…et ça me va !”. Me donner la permission de laisser aller soulage d’une grande partie du stress et de l’inquiétude que je m’impose. C’est difficile d’imaginer à quel point cette forme d’anxiété que l’on fabrique soit-même peut en réalité être perturbante. La laisser derrière moi me permet de devenir beaucoup plus présent et réceptif, ce qui nous amène à notre deuxième point.

Je voyage pour expérimenter de nouvelles choses, pour apprendre. Pour ce faire, il ne suffit pas d’acheter un ticket : je dois m’ouvrir et ensuite réfléchir à ce que je viens de voir. C’est ici que la puce Événement “O” du Bullet Journal entre en jeu. Là où j’utilise d’habitude cette puce une ou deux fois par jour à la maison, je l’utilise ici pour chaque chose majeure qui arrive sur le terrain. Je l’utilise aussi pour délimiter la journée en plusieurs parties. Si j’ai été dans un temple, j’utilise la puce “O” pour enregistrer l’événement et j’utilise ensuite une puce Notes “-” pour compléter des détails relatifs à cet événement. Cela me permet de marquer et d’organiser toutes mes expériences rapidement, en laissant le temps de vraiment avoir des expériences.

Journaling long

Bien que le journaling rapide permet de s’assurer qu’on enregistre chaque expérience, certains moments sont trop importants pour être résumés en quelques lignes seulement. Le voyage offre une opportunité unique pour l’introspection, la relaxation et favorise la circulation des pensées. Une bonne façon de les exploiter peut se faire à travers une forme de journaling plus approfondie. L’écriture dans un journal a déjà prouvé ses effets positifs puissants sur notre bien-être, l’un qui n’est pas le moindre est de se relaxer. Alors, comment ça fonctionne avec le Bullet Journal ?

En se basant sur le conseil précédent, je commence à journaler rapidement tous les événements de mémoire, et j’y ajoute des détails en les marquant comme des Notes. Gardez à l’esprit que les pensées et les sentiments sont aussi marqués comme des Notes. Quand j’ai une pensée/sentiment que j’ai envie de creuser plus tard, je transforme la puce Note “-” en “+”. Avec ce système, je peux rapidement examiner mes pages et chercher les “+” plus tard pour les développer dans l’espace suivant disponible dans mon Bujo.

Vous devez peut-être vous demander : et si je n’ai beaucoup de “+” sur une journée ? Dans ce cas, vous pouvez mettre un numéro de page à côté de la puce afin de la développer dans une autre page. C’est une façon de vous y retrouver rapidement !

Soyez inconfortable

Quand vous êtes loin de chez vous, beaucoup de vieilles règles ne s’appliquent plus. Le monde qui vous entoure est différent, alors vous aussi. Vous vous levez plus tard/plus tôt, vous mangez/ne mangez pas certaines choses, vous faites moins/plus de choses qu’à la maison. Vous ne voyagez pas pour recréer ce que vous connaissez déjà. Vous voyagez pour expérimenter ce que vous ne connaissez pas, et pour ceci, vous n’avez même pas besoin d’un passeport.

La puissance des déplacements n’a pas besoin d’être mesurée par la distance par rapport à son chez soi. Elle devrait plutôt être mesurée par la distance avec ce qui nous est familier. Peu importe où vous êtes, ou ce que vous faites, vous expérimentez des nouvelles choses. Monter dans un bus ou un avion est une façon de le faire, mais il existe de nombreux autres moyens. En somme, tout ce que le voyage est, c’est le changement.

Face au changement, on doit s’adapter et évoluer. Il nous aide à éteindre le mode autopilote pour mieux naviguer dans l’inconnu. Il change notre perspective et même les plus petits changements y contribuent, révélant des choses qui étaient jusque-là invisibles à nos yeux. C’est tout aussi vrai pour camper dans le désert ou pour suivre une nouvelle formation, que pour votre pratique du Bullet Journal.

Mon carnet reflète mon monde intérieur. Quand ce monde ne reflète pas où je veux être, je l’utilise pour voyager. Ce voyage n’est pas basé sur une destination finale mais sur la découverte. Je l’emmène dans des endroits où il n’a jamais été auparavant. Lors de ces voyages, j’ai vu mon carnet se transformer en carnet de croquis, en livre de poésie (qui ne verra jamais le jour), ou encore en cet endroit où j’ai commencé à noter les idées pour ce site complètement fou que j’avais envie de créer pour partager comment j’utilise mon carnet…

Jouez, amusez-vous, essayez de nouvelles choses, qui sait ce que vous découvrirez sur vous à travers votre Bullet Journal. Avoir la possibilité de voyager dans vos carnets, prendre des vacances de ce qui nous est familier, fait partie de ce qui rend le Bujo si fun. Et le meilleur de tout c’est que vous pouvez le faire à n’importe quel moment. Bons voyages !

Et vous, comment utilisez-vous votre Bullet Journal pour voyager ?

Traduit de : Ryder Carroll

Laisser un commentaire

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.